dimanche 6 décembre 2015

Monastère Saint-Nicolas


Le monastère orthodoxe saint-Nicolas, est installé depuis 1965 dans le hameau de la Dalmerie, dans une vallée des monts d'Orb dans le département de l'Hérault, à environ 85 km à l’ouest de Montpellier et à 60 km au nord-est de Béziers.


On aperçoit l'église principale du monastère, ainsi que les bâtiments agricoles. En effet, dès le début la communauté afin d'assurer sa subsistance a développé une activité agricole: l'élevage de chèvre et la fabrication artisanale de fromage nommé "Saint Nicolas".

Le fondateur du monastère est l'Archimandrite du Trône Œcuménique Benoît, abbé émérite et père spirituelle de la communauté.
"Le monastère a été fondé en 1962 à Montbrison, dans la Drôme, à proximité de Valréas. Les conditions matérielles (manque d’eau, aucune possibilité d’extension) ont obligé les moines à déménager. Ils trouvèrent au hameau de la Dalmerie, aux limites des départements de l’Hérault et de l’Aveyron, les conditions favorables pour s’installer de manière définitive. Ce qu’ils ont fait, le 21 novembre 1965."



Dans l'un des bâtiment conventuel, le monastère dispose également d'une chapelle dédiée à saint Nicolas archevêque de Myre en Lycie, protecteur du monastère.
Fronton au dessus de la porte de la chapelle saint Nicolas.


Afin d’accueillir les fidèles dans de meilleur condition, le monastère décida d'érigé une église dédié à la Dormition de la Mère de Dieu. En 1990, la première pierre de l'église de la Dormition est posée, laquelle sera inaugurée en 1995.

Magnifique église de style byzantin, "le plan a été établi par M. Georges Axiotis, architecte officiel de l’église d’Hellade, qui a consacré toute sa carrière à la construction et à la restauration d’églises byzantines, tant en Grèce, qu’à Chypre et au Moyen-Orient. Le projet a été élaboré en concertation avec l’Higoumène et les moines de la Dalmerie, notamment avec l’Archimandrite Marc, de bienheureuse mémoire, chargé par le Métropolite et l’Higoumène d’être le maître-d’œuvre de cette construction." L'édifice possède également une crypte en raison de la déclivité du terrain.


Les peintures murales, achevées en 2007, ainsi que les icônes de l'iconostase ont été réalisés au monastère. Le programme iconographique murale est sobre, relevant de l'unique nécessaire propre à l'esprit monastique latin.


"Les aménagements intérieurs répondent aux exigences esthétiques de la tradition architecturale byzantine. Le sol est fait d’un tapis de marbre au dessin harmonieux, utilisant deux nuances de marbre de Livadia en Grèce. L’autel est également en marbre. Le mobilier a été fait en partie à Athènes (stalles en chêne), en partie en France. Le templon de l’iconostase, c’est-à-dire la cloison de bois sur laquelle viennent reposer les icônes de l’iconostase, est en tilleul de Serbie. Il a été offert généreusement par Sa Béatitude, Mgr Christodoulos (+ 2008), Archevêque d’Athènes et de toute l’Hellade, primat de l’Église de Grèce, alors qu’il était encore Métropolite de Dimitrias et Volos. Dans cette région se trouve une importante communauté de grecs réfugiés d’Asie Mineure qui ont maintenu les traditions architecturales et d’ornementation de leurs régions d’origine. C’est dans ce style qu’un artisan de cette communauté a réalisé le templon : un seul rang d’icônes, surmonté dune corniche."



Chapiteaux de marbre sculpté, représentant des scènes majeures de l'économie du Salut. Cela fait inévitablement pensée aux chapiteaux sculptés que l'on retrouve dans l'architecture romane en occident, dont l'architecture de cette église s'inspire également.


Dans l'église, le pèlerin trouvera notamment quelques reliques, l'une d'elle étant une étole et un chapelet ayant appartenu a saint Jean de San Franscico, lequel a été durant quelques années évêque en France.




Le monastère possède également une procure à Béziers : Métochion Saint Jean-Baptiste (31 bis rue du Touat).

N.B: Les paragraphes entre " " sont tiré du site du monastère dalmerie.com
N.B: Nous avons appris récemment que le monastère avait suspendu son activité agricole (voir onglet Fromagerie). La raison est humaine : le manque de moine. Les anciens étant partit rejoindre le Seigneur, le monastère peine à trouver le renouvellement nécessaire pour assurer sa pérennité. Espérons que par les prières de saint Nicolas, de l'archimandrite Benoît et de l'higoumène Gabriel, ce lieu de prière orthodoxe perdure.

Icône de st Nicolas vénérée dans l'église de la Dormition

Publié en la fête de saint Nicolas archevêque de Myre

15 commentaires:

  1. Le monastère est en perdition depuis longtemps ...il meure à petits feux comme ces derniers pauvres moines. ..un higoumene tyrannique qui devra s'en remettre au divin mais il sera trop tard....larmes de compassion pour les moines qui ont soufferts, ceux qui ont laissé leur vie, ceux qui sont partis vers d'autres chemins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour avoir fréquenté ce monastère, pouvez-vous me contacter ?
      nicol-as69@outlook.fr ou profil facebook NICOL AS

      Supprimer
  2. Bonjour moi meme je fu un jeune novis,j'ai connu tout les moines et père du monastère .
    mon seul regret est de ne plus pouvoir me recueillir,faire une retraite au monastère st Nicolas .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      à ma connaissance (mais à vérifier)
      le père Gabriel célèbre toujours la Divine Liturgie les Dimanches.
      Pour les retraites,je ne sais pas si elles sont encore possible.

      Supprimer
  3. Archimandrite Benoît, je vous envoies mes pensées les plus reconnaissantes pour vous qui veniez me faire le catechisme dans ma famille Fedoroff Serge et Hélène a Toulon. Merci, cher père Benoît. J espère que vous lirez mon message. Avec toute ma gratitude et profond respect pour vous!
    Tania

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christ est ressuscité !
      Je vous apprend que le révérend père Benoît est né au ciel le 11 Août 2016.
      https://pelerinage-orthodoxe-france.blogspot.fr/2017/01/archimandrite-benoit-memoire-eternelle.html

      Supprimer
  4. j'ai bien connu ce monastère c'est un veritable lieu de perdition notamment pour les jeunes gens...on ne comprends pas comment l'Eglise orthodoxe contonue a le conserver dans sa communion ...Le pere Gabriel est un veritable ane batté pretentieux qui ne s'intéresse qu'à sa propre gloire et au fric...Il y a eu cependant un saint dans ce monastère le Père Vincent d'heureuse mémoire aujourd'hui décédé et qui a vécu de la part des igoumenes un veritable martyr d'humiliations quotidienne..Puisse-t-il reposer en paix et trouver en Dieu une juste recompense de ses souffrances monastiques...quant à cet grande folle de Gabriel puisse le Seigneur le ramener a la sainteté en revelant au grand jour ses turpitudes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage entièrement ce post concernant ce monastère et plus... je suis la soeur de Père Vincent d'heureuse mémoire! Martyre il a été, saint il demeure. Vous qui l'avez connu et côtoyé prenez contact avec moi bioikos@aol.com

      Supprimer
  5. Je suis triste à lire quelques commentaires non élogieux de ce monastère que j'approuve pleinement, moi aussi j'ai connu ce pauvre moine Père Vincent aujourd'hui nait au ciel , un saint homme qui avait des dons exceptionnels qui a été martyrisé et humilié par le père Abbé Gabriel un homme malade prétentieux et cupide... tous les moines ont fuit ce démoniaque...je comprend pas non plus comment ce monastère est toujours sous la protection de monseigneur Emmanuel ???

    RépondreSupprimer
  6. Vous qui avez posté ce commentaire prenez contact avec moi sur l'adresse email déjà publié!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour je confirme ces fait moi meme jeune novis au monastere ,je fus a l'époque le protéger du père jean Marie Bricout ,recteur de la paroisse st Pierre st Paul de Perpignan.
    Lors de l'absence du père vénérable Benoit achirmandrite du trône œcuménique les humiliations ont commencé en même temps que le père Vincent que j'ai très bien connu ( tuteur).
    Par la suite me voyant d'espérer il me demandait de devenir son frère spirituel,touché par sa demande mon chagrin disparu.
    7 mois plus tard je quittait le monastere st Nicolas .
    Quelques années plus tard je m'engageais a l'armée de terre ,service sante ,durant et aux quatre coins du monde ex Yougoslavie ,Kosovo(eglise de metrovica) ,Mayotte (legion),Madagascar ,côtes d'ivoire je n'ai cessé de cité en exemple le monastere st Nicolas l'orthodoxie française et l'affection pour tout les prêtres .
    Lors de mes nombreuses missions extérieurs j'ai eu la chance de prendre soins avec l'ensembles de l'équipe de la sante des populations en souffrances (guerre).Les dimanche lors de ma journée de repos je part en p4 blinde comme chauffeur et aide accompagner l'aumônier militaire.
    Des fois j'ai rêvé de devenir diacre ,prêtre et aumônier par la suite .

    Durant ces 18 ans de service j'ai pu envoyé des courriers au monastere ,sans réponse ,seulement le père Benoit me donna son numéro direct .
    Pendant nos courtes communications telephonique le père Benoit exprimés sa joie d'avoir de mes nouvelles ,la dernière communication avant son départ vers le ciel il m'explique qu'il n'est plus père abbé et donc plus l'autorité de décider de mon arrivée pour une retraite
    Dernier envoie par recommander au père abbé Gabriel pas de réponse ,je n'ai plus le cœur à la prière meme a l'église de st Hillaire de Poitiers on me demande si je suis orthodoxe .

    Aujourd'hui arrive au zénith de ma vie (50 ans) je ne sais Quoi penser ,seul le monastère la faurie a Gap est ouvert pour les retraitants .
    Vous pouvez mes contacte en premier temps sur mon email j'ai conservés quelques photos
    Email :j.chelil@laposte.net


    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    Je me permet juste de vous préciser que le monastère de la Faurie n'est le seul monastère en France à accepter les retraitants. Tous pratique l’accueil selon leur moyen.
    Ainsi que le fait que l'on vous ait demandé si vous étiez orthodoxe à Poitiers si je comprends bien, est tout à fait normal. Lorsqu'une personne inconnu se présente dans une paroisse, il est de rigueur qu'elle se présente auprès du clergé si elle souhaite participer au sacrement, auquel cas ce sera le clergé qui lui posera la question. Car comme vous devez le savoir l'Eglise orthodoxe ne pratique pas encore "l'intercommunion", il est donc tout à fait normal de poser ce genre de question.
    En Christ

    RépondreSupprimer
  9. NICOLAS PETIT ! Je ne comprend pas pourquoi vous protégez le monastère de la Dalmerie qui pour moi et beaucoup d'autres n'est plus un lieu monastique depuis le décès de mon cher frère le Saint Père Vincent ! .... cette attitude protectrice en dit long sur une éventuelle relation douteuse que je réprimande au plus haut point ...

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Mme Richard,
    Votre commentaire me laisse pantois.
    J'avoue ne pas comprendre en quoi je protège le monastère de la Dalmerie, et quel relation douteuse je pourrais avoir avec ce lieu où je n'ai pas mis les pieds depuis des années.
    Bref je n'ai de tout façon pas à me justifier de quoi que soit, n'exposant ici rien de personnel, alors que j'aurais pu le faire.
    Je vous prie donc de modérer vos propos avant de lancer des accusations.
    Fraternellement en Christ
    Diacre Nicolas

    RépondreSupprimer
  11. Pardonnez moi si je vous ai offensé! Mais comprenez moi : la souffrance que j'éprouve pour l'histoire du monastère Saint Nicolas de la Dalmerie et tout particulièrement pour mon frère est très sérieuse... le Père Vincent n'aurait sans doute pas apprécié que je me plaigne au sujet de son martyre! Sa Sainteté en fait un homme exceptionnel qui restera éternellement gravé dans le coeur de ceux qui l'on connu ! Qu'il repose en Paix au plus près de Dieu .

    RépondreSupprimer