mardi 1 novembre 2022

Eglise St-Austremoine à Issoire

 


L'église Saint Austremoine à Issoire, ville située au sud de Clermont (Auvergne), est dédié  saint Austremoine évangélisateur de l'Auvergne au IIIe siècle et premier évêque de Clermont.

Une tradition rapporte que le saint fondée en cette endroit une première fondation monastique qui aurait été détruite par un pillage wisigoth en 474. Les reliques seront par la suite transférée à Volvic, puis à Mozac (ville au nord de Clermont) où elle se trouve encore aujourd'hui.



Ancien reliquaire de st Austremoine (bois et émail de Limoges)

Au IXe siècle, des moines venu de l'ouest de la France, notamment du Poitou, et fuyant les incursions et pillages vikings, arrivent en Auvergne. Vers 816 un moine nommé Gislebert sera chargé de rebâtir l'ancien monastère. En 937, l'église abbatiale sera consacrée par Bernard évêque de Clermont, sous le double vocable de Saint Pierre et Saint Austremoine.

Au XIIe siècle (vers 1130) une église plus vaste sera édifié.






En 1575, durant les guerres de religion entre catholique-romain et protestant, le capitaine huguenot Merle, essaiera de brûler l'église et le monastère sans succès. Mais ce sera la foudre deux ans plus tard qui détruire le clocher.

Puis à partir du XVIe siècle le monastère entamera son déclin. A la Révolution française, l'église deviendra paroissiale.

Au XIXe siècle des restaurations rendront sa polychromie à l'église, puis au début des années 1990 se sera au tour du chevet (ses murs de grès) d'être restaurées.












 

lundi 24 octobre 2022

Le dernier voyage de l'archevêque orthodoxe de Limeray

Cérémonie avec l'archevêque Nestor
 

Enterré dans la commune en 1940, Théophane de Poltava, confesseur de la famille du tsar Nicolas II de Russie, a été exhumé et rapatrié à Saint-Pétersbourg, à la demande de la famille du défunt.

C’est un petit comité qui s’est réuni, le 21 juillet 2022 au matin dans les allées du cimetière, sur les hauteurs de Limeray. Il y avait là des employés de pompes funèbres, la maire, Virginie Gay-Chanteloup, ainsi qu’une représentante de l’ambassade de Russie en France et encore l’archevêque orthodoxe Nestor, du patriarcat de Moscou.

Le rendez-vous n’en était pas moins solennel : ce jour-là, plus de quatre-vingts ans après sa mort dans la commune, on exhumait l’archevêque Théophane de Poltava, ancien confesseur de la tsarine Alexandra Fedorovna, avant un ultime voyage vers sa Russie natale.

« Quelques ossements sont restés ici »

Né Vassili Dimitrievich Bystrov, Théophane, archevêque de Poltava et de Peresslavl, avait été enterré en février 1940 à Limeray, où il avait fini sa vie en ermite dans les caves troglodytes de la commune. Ancien recteur de l’académie théologique de Saint-Pétersbourg, affilié à la famille royale au moment de la révolution russe de 1917, il avait connu l’exil en Europe, jusqu’à se retirer au lieu-dit « La Cave-aux-Renards », à Limeray, en 1931. Au fil des années, sa tombe, dans le cimetière communal, était devenue un lieu de recueillement pour la communauté orthodoxe.

L’exhumation a été réalisée après une demande de descendants de l’archevêque, au terme d’une procédure de plusieurs années. « Les premières demandes pour un retour en Russie remontaient aux années 80. Elles provenaient de l’Église orthodoxe russe, mais la commune n’avait pas donné suite car rien ne l’obligeait à le faire, explique Virginie Gay-Chanteloup. En 2020, la famille s’est manifestée une première fois par courrier. Puis, l’été 2021, un contact a été établi avec une entreprise de pompes funèbres mandatée par la famille. » La demande émanant de celle-ci, la commune ne pouvait s’opposer. Le contexte géopolitique actuel, avec la guerre en Ukraine en toile de fond, aurait pu encore compliquer l’affaire, par nature déjà délicate. Mais, tous les documents nécessaires (certificats de filiation, avis de réexhumation, etc.) ayant été fournis, la commune, accompagnée par les services de la préfecture, a validé l’exhumation. Celle-ci a été pratiquée par une équipe spécialisée des pompes funèbres.

« La dépouille est partie pour Paris en voiture. De l’aéroport de Roissy elle s’est ensuite envolée vers Istanbul (Turquie). Puis d’Istanbul vers Saint-Pétersbourg », indique la maire de Limeray. Dans l’ancienne capitale impériale, sa destination finale était le cimetière Volkovskoïe.

Le corps ayant été enterré en pleine terre, l’opération a permis de retrouver des ossements et des ornements. Tous les restes, néanmoins, n’ont pu être récoltés. Rénovée par l’Église russe, la pierre tombale, avec sa croix orthodoxe et ses inscriptions en français et cyrillique, a été remise en place.

Entretenue depuis plus de quatre-vingts ans par les services de la commune, la tombe de Théophane de Poltava devrait rester un lieu de pèlerinage pour la communauté orthodoxe. « Quelques ossements sont restés ici, dans la terre. Donc il est encore un peu ici, soulignent Zorica et Bogdan Jugovic, Amboisiens d’origine serbe qui viennent régulièrement se recueillir à Limeray. C’est le père spirituel de la famille de Nicolas II, le dernier tsar de Russie. C’est un personnage historique important. »

La Nouvelle République



dimanche 16 janvier 2022

dimanche 9 janvier 2022

Calendrier liturgique des Saints occidentaux 2022

Avant-propos 
Chaque fois que nous ouvrons un calendrier, nous devons penser au temps que Dieu a mis devant nous, dans notre vie. Mais nous constatons que très vite nous oublions la Source de notre vie et du temps même qui nous a été accordé. Très souvent, nous, les hommes, n’avons plus de temps pour Celui qui nous a donné le temps. Saint Paul nous exhorte à rattraper le temps, car les jours sont mauvais (Eph 5, 16-18), difficiles, et à nous remplir de l’Esprit Saint par la prière, en rendant grâce au Seigneur pour tout. Malgré ce temps douloureux et contraignant de pandémie que nous vivons et qui nous met à l’épreuve aussi dans notre foi et notre confiance en Dieu, n’hésitons pas, en dépit de nos faiblesses et péchés, de nous approcher encore plus du Seigneur par la prière, la lecture et les bonnes œuvres, sachant qu’Il nous attend pour nous accueillir dans Son amour inconditionnel pour nous tous. Saint Jean Chrysostome nous fait remarquer que l’Église n’est pas là, sur terre, pour juger l’homme pécheur, mais afin de prier pour la guérison spirituelle des pécheurs et pour la guérison des malades et leur salut C’est le sens même de la venue du Fils de Dieu devenu Homme, notre Frère dans l’humanité, nous élevant à la dignité de frères, nous faisant Siens et fils adoptifs du Père Céleste. Le chrétien englobe chaque personne et le monde entier dans sa prière élevée vers notre Seigneur Jésus Christ. « Nul ne peut arriver à Dieu s’il ne passe d’abord chez l’homme », nous dit Saint Porphyre. Le matin, le soir ou à tout moment de la journée où nous tournons notre âme vers le Seigneur, nous portons dans notre coeur toute personne que nous connaissons ou que nous ne connaissons pas. En ces temps où la terre entière est mise à l’épreuve de maladies jusque-là inconnues, où tous les médecins et soignants dans les hôpitaux et en d’autres lieux de soins médicaux se battent pour sauver les vies de nos frères humains, nous nous rendons compte encore et encore à quel point le genre humain est un, comme tous les hommes sur terre sont liés les uns aux autres. Nous avons compris une fois de plus combien la souffrance des uns se transmet à tous et combien nous avons besoin les uns des autres pour traverser les épreuves des pandémies qui envahissent l’humanité entière. Portons devant le Seigneur dans nos prières toute personne malade, connue de nous ou inconnue, qui se trouve à proximité ou à distance, étant conscients de ce lien qui régit réellement le genre humain dans son ensemble. Essayons de consacrer aussi un peu du temps de notre vie à nous entretenir par la prière avec Celui qui nous a octroyé ce temps. 
 Le Métropolite Joseph

Edité par la Métropole roumaine en France