dimanche 12 septembre 2021

Lyon : Liturgie épiscopale sur le tombeau de saint Irénée

saint Irénée de Lyon

Lors de fête de Saint Irénée de Lyon, l’évêque Irénée a visité la paroisse de Lyon et a célébré la Liturgie au tombeau du saint.

Le 5 septembre 2021, alors que le onzième dimanche après Pentecôte correspondait, cette année, avec la clôture de la Dormition de la Mère de Dieu et de la fête du hiéromartyr et évêque Saint Irénée de Lyon, Mgr Irénée, évêque de Londres et de l’Europe occidentale (ROCOR) a fait une visite archipastorale à la paroisse de Lyon.

Bien que la paroisse de Lyon soit dédiée à Saint-Jean le Russe, cette journée revêtait une importance particulière pour la fête de l’un des saints les plus importants de la ville, le grand enseignant et théologien Saint Irénée. Ainsi, rehaussées par la visite du hiérarque, les vigiles ont eu lieu dans l’église paroissiale alors que la Liturgie de la fête a été célébrée dans la crypte où se trouve la tombe de Saint Irénée, située parmi les reliques d’innombrables martyrs de Lyon vénérés au même endroit.

Reliques des martyrs de Lyon


Les saints martyrs de Lyon

La veille de la fête, un groupe de paroissiens rejoignit l’évêque lors d’une excursion organisée par le recteur de la paroisse, l’archiprête Quentin de Castelbajac, pour vénérer les reliques de Saint Philibert et la tombe de Saint Valérien à Tournus (Saint Valérien était un compagnon de Saint Pothin de Lyon, l’un des martyrs de la ville). Les pèlerins ont prié lors d’un moleben devant les reliques et dans les endroits sacrés de cette abbaye bien préservée, avant de rentrer à Lyon pour l’office divin vespéral.

Tombeau de saint Valérien à Tournus

Ancienne mosaïque dans l'abbaye

Fresque près du tombeau de st Valérien


Les vigiles et la Liturgie furent magnifiquement chantées par le choeur paroissial, sous la direction de Matouchka Marina de Castelbajac, en slavon et en français.

À la Petite Entrée de la Liturgie, dans la crypte de St Irénée, l’archiprête Quentin a reçu le droit de porter la croix décorée que lui a donnée l’évêque diocésain. Reconnaissant pour ses nombreuses années au service fidèle de l’Eglise, l’évêque Irénée s’est spécialement adressé à lui à la fin du service : «Par cette haute distinction, le Saint Synode exprime son profond respect pour les travaux du père Quentin, qui œuvre sans relâche, par la prière, la paix et l’amour de son cœur, pour le salut de vous tous. Son cœur est rempli de zèle pour vous, il prie et travaille pour vous avec toute son énergie. Que Dieu lui accorde encore beaucoup d’années de service fructueux!»

Dans son homélie à l’occasion de la mémoire de Saint Irénée de Lyon, Vladyka Irénée a encouragé les fidèles par l’exemple pieux du saint de leur ville. «Nous honorons aujourd’hui un saint pour notre époque, a dit Vlakyka, car le monde d’aujourd’hui est envahi de problèmes similaires qu’aux jours de Saint Irénée. Un autre saint de l’église primitive a dit de Saint Irénée qu’«il fut un homme qui a vécu son nom» (car ‘Irenaeus’ signifie ‘pacificateur’) et nous découvrons dans son saint exemple ce que signifie créer une vraie paix : ne pas tenir compte de l’erreur, ne pas courir dans la peur de l’obscurité du monde, ne pas se retirer des limites de nos compréhensions personnelles ou de nos conceptions personnelles, mais plutôt rester fermement dans la vérité immuable de Jésus-Christ, respecter Ses enseignements, tout ce que nous pouvons entendre du monde autour de nous, suivre les enseignements sacrés et les Canons de Son église, quelles que soient les forces qui voudraient essayer de nous en détourner, être uni dans la réalité singulière de Sa vie. Ceci est la seule façon; il n’y en a pas d’autre! Et si nous collaborons avec tous nos cœurs, nos cœurs trouveront la paix, la vraie paix – pour le roi de la paix en règle, sans entrave, conquérir notre péché et nous conduisant à une vie pieuse.»


À la fin du service divin, le recteur de la paroisse a adressé des mots de félicitation à l’intention de l’évêque Irénée, pour sa fête onomastique et pour cette bénédiction spéciale qui a permis d’être unis ensemble dans la prière ce jour-là dans un endroit aussi important. Des vœux de “Nombreuses années” ont été chantés pour l’évêque et les paroissiens. Et lors d’un banquet de fête préparé par la paroisse, Son Excellence a pu s’entretenir chaleureusement pendant plusieurs heures avec les fidèles.


Plus de photos visibles sur le site du diocèse d'Europ Occidentale du ROCOR

samedi 3 juillet 2021

Nouvel édition de l'annuaire de l'Eglise orthodoxe en France

 


ANNUAIRE DE  L’ÉGLISE  ORTHODOXE 202

(Format 15 x 21 cm - 110 pages)  


Vous trouverez dans cet annuaire :  

Une carte avec les 312 lieux de culte orthodoxe en France (45 x 55 cm)  La présentation de l'Assemblée des Évêques Orthodoxes de France.  

Une liste de tous les lieux de culte par département.  

La liste des évêques, des prêtres et des diacres au nombre de 370.  

Les monastères et les écoles de théologie.  

Les mouvements, institutions et médias.  

Les revues, maisons d’éditions, librairies et ciergeries.  

Les ateliers de chant liturgique et d’iconographie.  

La liste des membres du clergé décédé depuis 2017.  


Commande et règlement à adresser au Père Samuel  

Monastère de CANTAUQUE - 11250 Villebazy  

Courriel : aofrance@laposte.net 

Monastère de Cantauque – 11250 Villebazy  

www.monastère-cantauque.com  


Tarifs port compris :  

1 exemplaire : 10€ + (4€ de port) = 14€ 

2 exemplaires : 18€ + (6€ de port) = 24€ 

5 exemplaires : 40€ + (8€ de port) = 48€ 

Chèque à l’ordre de : ”Association monastère de Cantauque”  

Pour la vente en paroisse ou en magasin : 10e x. et plus, (demandez nos tarifs).


lundi 19 avril 2021

Le père Nicolas Nikichine s’est endormi dans le Seigneur

Le père Nicolas Nikichine s’est éteint à l’âge de 69 ans le dimanche 18 avril à l’hôpital de Boulogne suite à l’aggravation de son état de santé due à l’infection du coronavirus. 

Arrivé à Paris en 1979 après avoir épousé une Française, agrégé de mathématiques et diplômé de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris, il a été ordonné prêtre en 2013. Au cours de son ministère, le prêtre Nicolas a créé et nourri des communautés orthodoxes à Strasbourg, Arras, Marseille, Nancy, Grenoble, Contrexeville, Saint-Nicolas-de-Port et une communauté en l’honneur de sainte Hélène Égale-aux-Apôtres à Paris. En outre, le Père Nicolas a pris une part active à la restauration de la vénération des reliques de l’Église indivise : la couronne d’épines de Notre-Dame de Paris, le voile de la vierge à Chartres, la tunique du Christ à Argenteuil…. et a accompagné de pèlerins orthodoxe vénérant la couronne d’épines tous les premiers vendredis du mois à Notre-Dame de Paris. Il a été directeur du centre des pèlerinages du diocèse de Chersonèse (Patriarcat de Moscou). Le lieu et la date du service funèbre seront annoncés plus tard. Nous vous invitons à regarder l’enregistrement de la conférence « Lieux saints de France : regard orthodoxe » donnée par le P. Nicolas Nikichine, membre du clergé de l’Église orthodoxe russe en France (diocèse de Chersonèse), le 7 décembre 2013 au Séminaire orthodoxe russe.

Orthodoxie.com

Un esprit missionnaire et un infatigable pèlerin !

Mémoire éternelle !

jeudi 15 avril 2021

Saint Patern de Vannes


 

Saint Patern (ou Paterne) dit l'ancien pour le différencier de saint Paterne d'Avranches, est le premier évêque de Vannes au Ve siècle.

Nous savons bien peu de chose de sa sainte vie, néanmoins il est avéré que lors du synode (concile) de Vannes en 465 présidé par le métropolite de Tours saint Perpet (ou Perpetus), Patern est ordonné à l'épiscopat et/ou intronisé évêque de la ville de Vannes. Il est donc le premier évêque attesté de la ville de Vannes. Néanmoins la présence d'un concile dans la ville suppose une communauté ecclésiale déjà bien établi et il se peut que Patern ait été précédé par Mansuetus connu en 461 au concile de Tours comme évêque des Bretons. 

Le reste n'est pas assuré, mais une tradition rapporte que le ministère épiscopal de Patern fut rude en raison des conflits latents qui opposaient les partisans d'un christianisme local de tradition celte et les partisans d'un christianisme plus gallo-romain. A ces tensions s'est ajoutée une vague d'immigration de Bretons venant de Grande Bretagne qui ne fit qu'aggraver les tensions.

Mais dans ce contexte historique tendu, Patern fut un artisan d'unité, quoique mal compris des populations dont il avait la charge. Victime de dissensions très vives il aurait été contraint de quitta sa charge. Il se retira dans un ermitage en dehors de sa paroisse où il mourut à une date incertaine à la fin du Ve ou au début du VIe siècle.

Une partie de ses reliques, qui souffrir de profanation lors de la révolution, est encore conservée dans l'église qui lui est consacré à Vannes.

Saint Patern est invoqué pour obtenir de la pluie.

 Il fait partie des sept saints fondateurs de la Bretagne chrétienne.



dimanche 14 mars 2021

Abbaye de Fleury à Saint-Benoît-sur-Loire

Fondée en 651, l'abbaye situé en bord de Loire portera d'abord le nom de la localité, Fleury, puis par la suite avec l'arrivé des reliques de saint Benoit, la localité prendra le nom de Saint-Benoit-sur-Loire.

Elle connut une importance notable à l'époque carolingienne, puis capétiennes

cliquez pour voir en grand


Le martyr de st Etienne diacre et protomartyr

Le porche comporte de très nombreux chapiteaux sculpté, dont voici quelques exemples :
La visitation de Marie à Elisabeth

La fuite en Egypte

L'attouchement de Thomas sur le côté du Christ

St Martin partageant son manteau





Christ en gloire
La translation des reliques de saint Benoît



Abraham sacrifiant Isaac

La nef :




La crypte :


Le reliquaire de saint Benoît



dimanche 14 février 2021

vendredi 29 janvier 2021

ACATHISTE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS GILDAS LE SAGE

 *

Kondakion 1

Fils d’un seigneur de Grande Bretagne, tu étudias sous la direction de saint Iltut,* Dans son école, tu te distinguais par ta sagesse et ta retenue,* Et malgré ton jeune âge, tu possédais déjà la prudence et la réserve honnête d’un vieillard.* C’est pourquoi on adjoignit à ton nom le titre de Sage,* A présent, nous te rendons hommage en chantant :

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Ikos 1

Au printemps de ta vie, comme l’abeille au temps des floraisons,* Tu partis en Irlande pour faire ton miel monastique* Des exemples et enseignements des disciples du grand apôtre de ce pays saint Patrick.* La simplicité de ta vie, faite d’ascèse et de prières,* Contrastait avec la richesse insigne de ta vie spirituelle.* Tu ne mangeais que trois fois la semaine,* Tu dormais sur le sol, une pierre te servant de chevet,* Mais tous les jours, tu conversais avec les anges et tu vivais en Dieu seulement.* Admirant ton exemple , nous te clamons:

Réjouis-toi, fils spirituel de saint Iltut,

Réjouis-toi, gloire du monachisme celte,

Réjouis-toi, modèle de la tempérance,

Réjouis-toi, mesure du discernement,

Réjouis-toi, offrande sur l’autel du Christ,

Réjouis-toi, humble serviteur du Christ Roi,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 2

Elevé à l’école des saints moines celtes, dans la rude discipline de l’ascèse,* L’obéissance fervente à la volonté divine* Et la garde scrupuleuse des Commandements,* Ton seul horizon fut toujours l’Amour du Christ que tu incarnas à jamais dans ta vie* Dans le service de ton prochain et l’oubli de toi-même.* Ton âme tournée vers Dieu lui chantait sans cesse: Alléluia!

Ikos 2

Saint Iltut, lui même amené à la vie monastique par saint Cadou,* Forma de nombreux moines dans son école monastique:* Par son enseignement, il les conduisit dès cette vie* Jusques aux frontières du Divin Paradis.* Ses illustres fils en Christ, furent saint David et  saint Samson,* Mais la Tradition dit que tu dépassais même les plus parfaits de ses disciples.* C’est pourquoi nous t’adressons ces louanges :

Réjouis-toi, membre d’une illustre lignée,

Réjouis-toi, commensal des moines celtiques,

Réjouis-toi, égal des ascètes d’Egypte,

Réjouis-toi, ami des Pères de jadis,

Réjouis-toi, incarnation de la Voie sainte,

Réjouis-toi, sage brebis du Bon Pasteur,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 3

En l’année de grâce 527, à l’âge de trente-quatre ans, inspiré par Dieu, tu vins en Armorique,* Et tu choisis de t’établir sur la petite île d’Houat, près du rivage de Rhuys.* Tu vécus d’abord en solitaire, lisant la Sainte Ecriture et t’adonnant à la prière.* Mais des pécheurs du lieu, admirant ta sainte vie et tes discours célestes sur la vie en Christ,* Révélèrent bientôt ton existence aux habitants des côtes voisines* Qui vinrent te trouver en clamant vers Dieu: Alléluia !


Ikos 3

Les pécheurs t’avaient découvert comme la perle rare de l’Evangile,* Et ils voulurent te donner comme une  merveille à leurs frères.* Tu fus souvent dans ta vie comme un filet tendu* Vers les hommes pour la pêche miraculeuse du Seigneur* Et ni les marées du péché, ni les vagues des passions,* Ne t’empêchèrent de ramener au rivage de l’Eglise des âmes  pour le Christ.* Imitateur des apôtres au Lac de Génésareth, nous te magnifions en clamant:

Réjouis-toi, qui naviguais dans l’oraison,

Réjouis-toi, pêcheur des pécheurs de ton temps,

Réjouis-toi, phare qui attire les âmes,

Réjouis-toi, lumière au tunnel du péché,

Réjouis-toi, manifestation de la Grâce,

Réjouis-toi, reflet du Royaume sur terre,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 4

Lumineuse flamme du monachisme celtique dans notre monde,* Tu brillais d’un éclat impeccable, éclairant les multitudes par ton exemple.* Tendu vers le seul avancement du Royaume dans les âmes de tes frères,* Tu n’existais plus à toi-même que par le  service des autres en Christ.* Mais l’Ami des hommes que tu servais si humblement auprès de tes amis,* Te récompensait en exauçant tes requêtes auprès de Lui.* Et nous Lui chantons: Alléluia!


Ikos 4

De telles multitudes vinrent te voir et te consulter,* Que tu dus revenir sur la terre ferme, et établir ta demeure dans la presqu’île de Rhuys.* Afin que les foules avides de guidance spirituelle, puissent être nourries.* Gérech, seigneur des Bretons t’aida par ses largesses, à construire un monastère,* Et une grande communauté se rassembla autour de ta sage personne.* Emerveillés par ton rayonnement, nous te disons:

Réjouis-toi, recours de ceux qui sont perdus,

Réjouis-toi, secours prompt dans l’intercession,

Réjouis-toi, sauvetage de tous naufrages,

Réjouis-toi, lueur annonçant la Lumière,

Réjouis-toi, prémices du salut en Christ,

Réjouis-toi, promesse d’amitié en Dieu,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 5

Tu gouvernas avec sapience, la communauté qui était venue cheminer avec toi vers le salut.* Et tu lui donnas de sages règles de conduite spirituelle.* De tous côtés, les êtres assoiffés d’Evangile accouraient  vers la source de tes paroles.* Venaient aussi tous les blessés de la vie et les malades que tu remettais rétablis dans leur santé physique et mentale sur les voies de Dieu,* Leur enseignant à chanter sans discontinuer vers le Très Haut: Alléluia !


Ikos 5

Mais en ton cœur l’amour de la solitude était très fort,* Tu chérissais cette sainte confrontation dans la prière avec ton Créateur,* Et tu aspirais avec ferveur à ce dialogue précieux pour ton âme.* Ainsi, pour te retrouver plus tangiblement  et plus fortement* Face au Maître Saint de tout l’univers,* Tu te retiras au-delà de pointe de Quiberon, dans la grotte d’un rocher au bord de la rivière de Blavet.* Et tu entendis les louanges des hôtes célestes dire:

Réjouis-toi, ami fervent des solitudes,

Réjouis-toi, dialogue constant avec Dieu,

Réjouis-toi, oraison qui n’en finit pas,

Réjouis-toi, prière douce comme miel,

Réjouis-toi, sainte méditation en Christ,

Réjouis-toi, homme du Ciel venu sur terre,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 6

Creusant le roc de ta retraite de pierre, tu y fis une chapelle,*  Pour y louer Dieu dans l’oraison incessante.* Tu fis jaillir une source d’eau pure pour t’abreuver * Et étancher la soif de ceux qui, ayant trouvé à nouveau le lieu de ton séjour,* Venaient y chercher auprès de toi la miséricorde divine.* En clamant avec toi vers le Roi des Cieux: Alléluia!


Ikos 6

Tu poursuivis donc ton ministère de guérison corporelle et spirituelle,* Redonnant vie à ceux qui physiquement ou dans leur âme,* Avaient perdu la direction de la Jérusalem Céleste,* Et se mouraient de ne savoir vivre en chrétiens.* Devant ton immense compassion, nous nous inclinons vers toi en te disant:

Réjouis-toi, subtil médecin de nos âmes,

Réjouis-toi, fin thérapeute de l’esprit,

Réjouis-toi, guérison de nos corps malades,

Réjouis-toi, parole qui redit l’Eden,

Réjouis-toi, discours enté sur le Saint Verbe,

Réjouis-toi, écho de la Sainte Ecriture,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 7

Père d’une multitude d’enfants du siècle, égarés sur les chemins du monde,* Errant sans berger pour les conduire vers la Lumière,* Et tâtonnant maladroitement dans les labyrinthes des ténèbres sans y trouver d’issue,* Et de moines dont tu assurais la direction spirituelle,* Tu fus en vérité un maître de sagesse pour tous,* Et reconnaissant ton aide précieuse, ils clamaient vers Dieu: Alléluia!


Ikos 7

Comme le potier façonne de ses mains les formes dans la glaise,* Pour en faire des objets utiles aux hommes,* Tu devins les mains de Dieu pour faire de la vie des êtres qui venaient vers toi,* Une existence bénie sous le Soleil de Justice.* Ton charisme d’enseignement, tu savais pertinemment qu’il était don du Seigneur,* C’est pourquoi modeste et résolu, jamais tu n’acceptas dans ta vie,* Que l’on t’attribue la gloire qui Lui revenait.* Emus par ta grande humilité, nous t’adressons ces louanges méritées :

Réjouis-toi, artisan du salut en Christ,

Réjouis-toi, pédagogue de l’Evangile,

Réjouis-toi, maître de vie spirituelle,

Réjouis-toi, qui prêchas toujours par l’exemple,

Réjouis-toi, pieux témoin de la Vérité,

Réjouis-toi, miroir des richesses futures,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 8

Pédagogue de l’enseignement christique,* Tu fus aussi un écrivain émérite soucieux de réformer les mœurs de tes ouailles.* Voulant faire disparaître les dérèglements de conduite des Bretons,* Tu écrivis ton célèbre discours sur la « Ruine de la Bretagne ».* Décrivant sans complaisance les crimes barbares de leurs rois.* L’un d’entre eux, Constantin, touché par la Grâce, se convertit alors sincèrement,* Et loua Dieu en chantant vers Lui: Alléluia!


Ikos 8

Tu allais souvent à l’abbaye de Rhuys pour veiller à la bonne marche du monastère,* Tu rétablissais la Vie en Christ des égarés,* Tu étais un maître de la prière et l’ascèse accessible à tous dans l’humilité,* Et  le seul exemple de ta vie convertissait les âmes les plus rétives.* Car ton enseignement oral n’était qu’une parole,* Décrivant ton existence toute entière tournée vers Dieu,* C’est pourquoi nous te disons:

Réjouis-toi, guide et Père expérimenté,

Réjouis-toi, réconfort des désespérés,

Réjouis-toi, baume sur les plaies des malades,

Réjouis-toi, onction de réconciliation,

Réjouis-toi, canal entre Dieu et les hommes,

Réjouis-toi, aide des clercs et des laïcs,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 9

Tu veillais aussi sur les laïcs, les menant sur la Voie de perfection.* Ainsi Trifine, fille de Guérech avait été demandée en mariage par le cruel Conomor.* Son père en grand embarras, te demanda conseil.* Tu t’engageas à ce que cet homme brutal, plusieurs fois veuf, ne moleste pas cette douce colombe.* Et il avait promis de ne le point faire,* Mais  il ne tint pas sa parole, et tua Trifine avec l’enfant qu’elle portait en son sein.* Tu la ressuscitas et tu baptisas l’enfant de ton propre nom.* Et cette famille loua Dieu en disant: Alléluia!


Ikos 9

Depuis l’âge de quinze ans, jusques à la fin de ta vie terrestre,* Tu pratiquas une ascèse rigoureuse pour assujettir ton corps à ton âme.* Etant tout à tous, te dévouant sans cesse jour et nuit à tes frères humains dans la détresse,* Tu t’offris chaque jour en agréable holocauste au Christ,* Sacrifice consenti qui était agréable à Dieu, et pour lequel nous te chantons :

Réjouis-toi, véritable détachement,

Réjouis-toi, attachement aux biens du Ciel,

Réjouis-toi, hélianthe tourné vers Dieu seul,

Réjouis-toi, fragrant encens spirituel,

Réjouis-toi, lampade brûlant à l’Autel,

Réjouis-toi, belle page du synaxaire,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion  10

Souventes fois aussi, tu te retirais en solitude sur l’île de Houat afin de prier avec plus de ferveur.* Un jour, alors que tu te tenais devant le Maître de toutes choses,* Tu demandas au Seigneur la grâce de Le rejoindre dans Son Royaume.* Alors un ange apparut pour t’annoncer que dans huit jours, tu naîtrais au Ciel.* Tu louas alors le Roi céleste en chantant vers Lui à pleine voix: Alléluia !


Ikos 10

Tu annonças la nouvelle de ton départ à tes moines réunis,* Et ils vinrent tous pour recevoir tes dernières instructions pour la guidance de leur âme,* Puis tu partis en paix pour la céleste patrie,* Ayant accompli ta mission sur la terre des vivants,* Et fait fructifier le talent que t’avait donné le Seigneur.* Alors les anges t’accueillirent avec les élus en disant:

Réjouis-toi, voilier au souffle d’Evangile,

Réjouis-toi, navire qui vogue vers Dieu,

Réjouis-toi, esquif que dirige le Christ,

Réjouis-toi, marin de la nef de l’Eglise,

Réjouis-toi, marée montante de la Grâce,

Réjouis-toi, port et havre du monachisme,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 11

Elle est agréable aux yeux du Seigneur la mort de ceux qu’Il aime,* Toi qui, toute ta vie, n’avait été que prière et intercession pour tes frères humains,* Pain des affamés, vêtement de ceux qui étaient nus, et  consolation des malheureux,* Voyant le visage du Christ en tout homme qui venait à toi,* Frère de tous les hommes qui faisait appel à toi,* Qui n’avais vécu que pour cette union ultime* Avec ce Dieu dont tu vis l’image en tout homme,* Tu pus enfin clamer aux Cieux devant Sa majesté: Alléluia !


Ikos 11

Tu avais demandé à Dieu de mourir et Il te l’avait accordé :* La mort  pour toi n’était qu’un départ vers une autre vie,* Vie Eternelle dans un concert de liesse et de joie devant la Face du Dieu Vivant.* Tu rendis ta belle âme servante  à Dieu, comme tu Lui avais donné ta vie terrestre,* Le servant à chaque instant dans le sacrement du frère.* Toi qui fus si fidèle dans Son service, nous te louons en nous exclamant:

Réjouis-toi, pour qui la mort fut un passage,

Réjouis-toi, car jamais tu ne la craignis,

Réjouis-toi, qui t’étais déjà dépouillé,

Réjouis-toi, dont la richesse était la foi,

Réjouis-toi, qui t’y préparas par ta vie,

Réjouis-toi, qui la vécus comme naissance,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 12

Comme tu savais que tes fils se disputeraient l’honneur d’avoir tes saintes reliques,* Tu avais recommandé que l’on mette ta dépouille précieuse en mer sur un esquif.* Les moines de Rhuys firent trois jours de jeûne lorsque cette île sainte de tes restes disparut sur les vagues,* Et trois mois plus tard, par révélation, un de tes disciples te vit près d’une chapelle dédiée à la Croix que tu avais bâtie.* On transporta ton corps à Rhuys, et depuis, tu intercèdes du haut du Ciel* Pour les fidèles qui chantent vers Dieu : Alléluia!


Ikos 12

Dieu par Ses saints instruit les fidèles et leur apprend* La véracité réconfortante de la Parole de l’Ecriture :* « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et à jamais, »* Et le Seigneur le dit Lui-même à Ses apôtres, le serviteur fera d’aussi grandes choses que Son Maître.* Et toi, ami de Dieu Gildas, tu Le suivis sur tous les chemins de la foi,* Tu accomplis par Lui des miracles insignes,* Et nous te chantons avec admiration:

Réjouis-toi, humble thaumaturge du Christ,

Réjouis-toi, dispensateur de Ses miracles,

Réjouis-toi, continuateur de Ses Grâces,

Réjouis-toi, bon intendant de Ses richesses,

Réjouis-toi, tabernacle de Ses bontés,

Réjouis-toi, trésor de Sa mansuétude,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 13

Ô moine parfait au service du seul Dieu d’amour,*  Ta naissance au Ciel ne te fit pas abandonner les fidèles* Qui avaient coutume, de solliciter ton secours ici-bas sur la terre des vivants.* Les foules vinrent sans discontinuer vénérer tes saintes reliques,* Et demander que par ton intercession  devant le Trône Divin,* Dieu exauce leurs requêtes tandis qu’ils chantaient avec toi vers  Lui: Alléluia! Alléluia! Alléluia! (Ce kondakion est lu trois fois !)


Ikos 1

Au printemps de ta vie, comme l’abeille au temps des floraisons,* Tu partis en Irlande pour faire ton miel monastique* Des exemples et enseignements des disciples du grand apôtre de ce pays saint Patrick.* La simplicité de ta vie, faite d’ascèse et de prières,* Contrastait avec la richesse insigne de ta vie spirituelle.* Tu ne mangeais que trois fois la semaine,* Tu dormais sur le sol, une pierre te servant de chevet,* Mais tous les jours, tu conversais avec les anges et tu vivais en Dieu seulement.* Admirant ton exemple , nous te clamons:

Réjouis-toi, fils spirituel de saint Iltut,

Réjouis-toi, gloire du monachisme celte,

Réjouis-toi, modèle de la tempérance,

Réjouis-toi, mesure du discernement,

Réjouis-toi, offrande sur l’autel du Christ,

Réjouis-toi, humble serviteur du Christ Roi,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 1

Fils d’un seigneur de Grande Bretagne, tu étudias sous la direction de saint Iltut,* Dans son école, tu te distinguais par ta sagesse et ta retenue,* Et malgré ton jeune âge, tu possédais déjà la prudence et la réserve honnête d’un vieillard.* C’est pourquoi on adjoignit à ton nom le titre de Sage,* A présent, nous te rendons hommage en chantant :

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


*

PRIERE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS

GILDAS LE SAGE


Père Gildas, saint qui fut la sagesse incarnée,* Intercède pour nous auprès du Dieu de Miséricorde,* Avec la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie,* Et tous les saints, * Afin que nous soient remis nos péchés,* Que soient pardonnées nos nombreuses transgressions,* Et surtout celles que nous avons oubliées,* Tant est grande la dureté de notre cœur.* 

Père Gildas, saint qui fut la sagesse incarnée,* Prie pour nous le Christ notre Maître,* De nous conduire sur la voie de la repentance et de la sagesse en Dieu,* Afin que délivrés de nos pesanteurs terrestres et pécheresses,* Nous vivions dans la garde des Commandements* Et la voie de l’Amour pour lequel Il mourut sur la Croix vivifiante,* et que nous puissions un jour parvenir au Royaume de la Trinité Consubstantielle et Indivisible,* A qui est rendu tout honneur et toute gloire,* Dans les siècles des siècles. Amen!


Acathiste composé à la gloire de Dieu

Et de Son saint moine

Gildas le Sage

par

Claude Lopez-Ginisty