vendredi 29 janvier 2021

ACATHISTE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS GILDAS LE SAGE

 *

Kondakion 1

Fils d’un seigneur de Grande Bretagne, tu étudias sous la direction de saint Iltut,* Dans son école, tu te distinguais par ta sagesse et ta retenue,* Et malgré ton jeune âge, tu possédais déjà la prudence et la réserve honnête d’un vieillard.* C’est pourquoi on adjoignit à ton nom le titre de Sage,* A présent, nous te rendons hommage en chantant :

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Ikos 1

Au printemps de ta vie, comme l’abeille au temps des floraisons,* Tu partis en Irlande pour faire ton miel monastique* Des exemples et enseignements des disciples du grand apôtre de ce pays saint Patrick.* La simplicité de ta vie, faite d’ascèse et de prières,* Contrastait avec la richesse insigne de ta vie spirituelle.* Tu ne mangeais que trois fois la semaine,* Tu dormais sur le sol, une pierre te servant de chevet,* Mais tous les jours, tu conversais avec les anges et tu vivais en Dieu seulement.* Admirant ton exemple , nous te clamons:

Réjouis-toi, fils spirituel de saint Iltut,

Réjouis-toi, gloire du monachisme celte,

Réjouis-toi, modèle de la tempérance,

Réjouis-toi, mesure du discernement,

Réjouis-toi, offrande sur l’autel du Christ,

Réjouis-toi, humble serviteur du Christ Roi,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 2

Elevé à l’école des saints moines celtes, dans la rude discipline de l’ascèse,* L’obéissance fervente à la volonté divine* Et la garde scrupuleuse des Commandements,* Ton seul horizon fut toujours l’Amour du Christ que tu incarnas à jamais dans ta vie* Dans le service de ton prochain et l’oubli de toi-même.* Ton âme tournée vers Dieu lui chantait sans cesse: Alléluia!

Ikos 2

Saint Iltut, lui même amené à la vie monastique par saint Cadou,* Forma de nombreux moines dans son école monastique:* Par son enseignement, il les conduisit dès cette vie* Jusques aux frontières du Divin Paradis.* Ses illustres fils en Christ, furent saint David et  saint Samson,* Mais la Tradition dit que tu dépassais même les plus parfaits de ses disciples.* C’est pourquoi nous t’adressons ces louanges :

Réjouis-toi, membre d’une illustre lignée,

Réjouis-toi, commensal des moines celtiques,

Réjouis-toi, égal des ascètes d’Egypte,

Réjouis-toi, ami des Pères de jadis,

Réjouis-toi, incarnation de la Voie sainte,

Réjouis-toi, sage brebis du Bon Pasteur,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 3

En l’année de grâce 527, à l’âge de trente-quatre ans, inspiré par Dieu, tu vins en Armorique,* Et tu choisis de t’établir sur la petite île d’Houat, près du rivage de Rhuys.* Tu vécus d’abord en solitaire, lisant la Sainte Ecriture et t’adonnant à la prière.* Mais des pécheurs du lieu, admirant ta sainte vie et tes discours célestes sur la vie en Christ,* Révélèrent bientôt ton existence aux habitants des côtes voisines* Qui vinrent te trouver en clamant vers Dieu: Alléluia !


Ikos 3

Les pécheurs t’avaient découvert comme la perle rare de l’Evangile,* Et ils voulurent te donner comme une  merveille à leurs frères.* Tu fus souvent dans ta vie comme un filet tendu* Vers les hommes pour la pêche miraculeuse du Seigneur* Et ni les marées du péché, ni les vagues des passions,* Ne t’empêchèrent de ramener au rivage de l’Eglise des âmes  pour le Christ.* Imitateur des apôtres au Lac de Génésareth, nous te magnifions en clamant:

Réjouis-toi, qui naviguais dans l’oraison,

Réjouis-toi, pêcheur des pécheurs de ton temps,

Réjouis-toi, phare qui attire les âmes,

Réjouis-toi, lumière au tunnel du péché,

Réjouis-toi, manifestation de la Grâce,

Réjouis-toi, reflet du Royaume sur terre,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 4

Lumineuse flamme du monachisme celtique dans notre monde,* Tu brillais d’un éclat impeccable, éclairant les multitudes par ton exemple.* Tendu vers le seul avancement du Royaume dans les âmes de tes frères,* Tu n’existais plus à toi-même que par le  service des autres en Christ.* Mais l’Ami des hommes que tu servais si humblement auprès de tes amis,* Te récompensait en exauçant tes requêtes auprès de Lui.* Et nous Lui chantons: Alléluia!


Ikos 4

De telles multitudes vinrent te voir et te consulter,* Que tu dus revenir sur la terre ferme, et établir ta demeure dans la presqu’île de Rhuys.* Afin que les foules avides de guidance spirituelle, puissent être nourries.* Gérech, seigneur des Bretons t’aida par ses largesses, à construire un monastère,* Et une grande communauté se rassembla autour de ta sage personne.* Emerveillés par ton rayonnement, nous te disons:

Réjouis-toi, recours de ceux qui sont perdus,

Réjouis-toi, secours prompt dans l’intercession,

Réjouis-toi, sauvetage de tous naufrages,

Réjouis-toi, lueur annonçant la Lumière,

Réjouis-toi, prémices du salut en Christ,

Réjouis-toi, promesse d’amitié en Dieu,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 5

Tu gouvernas avec sapience, la communauté qui était venue cheminer avec toi vers le salut.* Et tu lui donnas de sages règles de conduite spirituelle.* De tous côtés, les êtres assoiffés d’Evangile accouraient  vers la source de tes paroles.* Venaient aussi tous les blessés de la vie et les malades que tu remettais rétablis dans leur santé physique et mentale sur les voies de Dieu,* Leur enseignant à chanter sans discontinuer vers le Très Haut: Alléluia !


Ikos 5

Mais en ton cœur l’amour de la solitude était très fort,* Tu chérissais cette sainte confrontation dans la prière avec ton Créateur,* Et tu aspirais avec ferveur à ce dialogue précieux pour ton âme.* Ainsi, pour te retrouver plus tangiblement  et plus fortement* Face au Maître Saint de tout l’univers,* Tu te retiras au-delà de pointe de Quiberon, dans la grotte d’un rocher au bord de la rivière de Blavet.* Et tu entendis les louanges des hôtes célestes dire:

Réjouis-toi, ami fervent des solitudes,

Réjouis-toi, dialogue constant avec Dieu,

Réjouis-toi, oraison qui n’en finit pas,

Réjouis-toi, prière douce comme miel,

Réjouis-toi, sainte méditation en Christ,

Réjouis-toi, homme du Ciel venu sur terre,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 6

Creusant le roc de ta retraite de pierre, tu y fis une chapelle,*  Pour y louer Dieu dans l’oraison incessante.* Tu fis jaillir une source d’eau pure pour t’abreuver * Et étancher la soif de ceux qui, ayant trouvé à nouveau le lieu de ton séjour,* Venaient y chercher auprès de toi la miséricorde divine.* En clamant avec toi vers le Roi des Cieux: Alléluia!


Ikos 6

Tu poursuivis donc ton ministère de guérison corporelle et spirituelle,* Redonnant vie à ceux qui physiquement ou dans leur âme,* Avaient perdu la direction de la Jérusalem Céleste,* Et se mouraient de ne savoir vivre en chrétiens.* Devant ton immense compassion, nous nous inclinons vers toi en te disant:

Réjouis-toi, subtil médecin de nos âmes,

Réjouis-toi, fin thérapeute de l’esprit,

Réjouis-toi, guérison de nos corps malades,

Réjouis-toi, parole qui redit l’Eden,

Réjouis-toi, discours enté sur le Saint Verbe,

Réjouis-toi, écho de la Sainte Ecriture,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 7

Père d’une multitude d’enfants du siècle, égarés sur les chemins du monde,* Errant sans berger pour les conduire vers la Lumière,* Et tâtonnant maladroitement dans les labyrinthes des ténèbres sans y trouver d’issue,* Et de moines dont tu assurais la direction spirituelle,* Tu fus en vérité un maître de sagesse pour tous,* Et reconnaissant ton aide précieuse, ils clamaient vers Dieu: Alléluia!


Ikos 7

Comme le potier façonne de ses mains les formes dans la glaise,* Pour en faire des objets utiles aux hommes,* Tu devins les mains de Dieu pour faire de la vie des êtres qui venaient vers toi,* Une existence bénie sous le Soleil de Justice.* Ton charisme d’enseignement, tu savais pertinemment qu’il était don du Seigneur,* C’est pourquoi modeste et résolu, jamais tu n’acceptas dans ta vie,* Que l’on t’attribue la gloire qui Lui revenait.* Emus par ta grande humilité, nous t’adressons ces louanges méritées :

Réjouis-toi, artisan du salut en Christ,

Réjouis-toi, pédagogue de l’Evangile,

Réjouis-toi, maître de vie spirituelle,

Réjouis-toi, qui prêchas toujours par l’exemple,

Réjouis-toi, pieux témoin de la Vérité,

Réjouis-toi, miroir des richesses futures,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 8

Pédagogue de l’enseignement christique,* Tu fus aussi un écrivain émérite soucieux de réformer les mœurs de tes ouailles.* Voulant faire disparaître les dérèglements de conduite des Bretons,* Tu écrivis ton célèbre discours sur la « Ruine de la Bretagne ».* Décrivant sans complaisance les crimes barbares de leurs rois.* L’un d’entre eux, Constantin, touché par la Grâce, se convertit alors sincèrement,* Et loua Dieu en chantant vers Lui: Alléluia!


Ikos 8

Tu allais souvent à l’abbaye de Rhuys pour veiller à la bonne marche du monastère,* Tu rétablissais la Vie en Christ des égarés,* Tu étais un maître de la prière et l’ascèse accessible à tous dans l’humilité,* Et  le seul exemple de ta vie convertissait les âmes les plus rétives.* Car ton enseignement oral n’était qu’une parole,* Décrivant ton existence toute entière tournée vers Dieu,* C’est pourquoi nous te disons:

Réjouis-toi, guide et Père expérimenté,

Réjouis-toi, réconfort des désespérés,

Réjouis-toi, baume sur les plaies des malades,

Réjouis-toi, onction de réconciliation,

Réjouis-toi, canal entre Dieu et les hommes,

Réjouis-toi, aide des clercs et des laïcs,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 9

Tu veillais aussi sur les laïcs, les menant sur la Voie de perfection.* Ainsi Trifine, fille de Guérech avait été demandée en mariage par le cruel Conomor.* Son père en grand embarras, te demanda conseil.* Tu t’engageas à ce que cet homme brutal, plusieurs fois veuf, ne moleste pas cette douce colombe.* Et il avait promis de ne le point faire,* Mais  il ne tint pas sa parole, et tua Trifine avec l’enfant qu’elle portait en son sein.* Tu la ressuscitas et tu baptisas l’enfant de ton propre nom.* Et cette famille loua Dieu en disant: Alléluia!


Ikos 9

Depuis l’âge de quinze ans, jusques à la fin de ta vie terrestre,* Tu pratiquas une ascèse rigoureuse pour assujettir ton corps à ton âme.* Etant tout à tous, te dévouant sans cesse jour et nuit à tes frères humains dans la détresse,* Tu t’offris chaque jour en agréable holocauste au Christ,* Sacrifice consenti qui était agréable à Dieu, et pour lequel nous te chantons :

Réjouis-toi, véritable détachement,

Réjouis-toi, attachement aux biens du Ciel,

Réjouis-toi, hélianthe tourné vers Dieu seul,

Réjouis-toi, fragrant encens spirituel,

Réjouis-toi, lampade brûlant à l’Autel,

Réjouis-toi, belle page du synaxaire,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion  10

Souventes fois aussi, tu te retirais en solitude sur l’île de Houat afin de prier avec plus de ferveur.* Un jour, alors que tu te tenais devant le Maître de toutes choses,* Tu demandas au Seigneur la grâce de Le rejoindre dans Son Royaume.* Alors un ange apparut pour t’annoncer que dans huit jours, tu naîtrais au Ciel.* Tu louas alors le Roi céleste en chantant vers Lui à pleine voix: Alléluia !


Ikos 10

Tu annonças la nouvelle de ton départ à tes moines réunis,* Et ils vinrent tous pour recevoir tes dernières instructions pour la guidance de leur âme,* Puis tu partis en paix pour la céleste patrie,* Ayant accompli ta mission sur la terre des vivants,* Et fait fructifier le talent que t’avait donné le Seigneur.* Alors les anges t’accueillirent avec les élus en disant:

Réjouis-toi, voilier au souffle d’Evangile,

Réjouis-toi, navire qui vogue vers Dieu,

Réjouis-toi, esquif que dirige le Christ,

Réjouis-toi, marin de la nef de l’Eglise,

Réjouis-toi, marée montante de la Grâce,

Réjouis-toi, port et havre du monachisme,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 11

Elle est agréable aux yeux du Seigneur la mort de ceux qu’Il aime,* Toi qui, toute ta vie, n’avait été que prière et intercession pour tes frères humains,* Pain des affamés, vêtement de ceux qui étaient nus, et  consolation des malheureux,* Voyant le visage du Christ en tout homme qui venait à toi,* Frère de tous les hommes qui faisait appel à toi,* Qui n’avais vécu que pour cette union ultime* Avec ce Dieu dont tu vis l’image en tout homme,* Tu pus enfin clamer aux Cieux devant Sa majesté: Alléluia !


Ikos 11

Tu avais demandé à Dieu de mourir et Il te l’avait accordé :* La mort  pour toi n’était qu’un départ vers une autre vie,* Vie Eternelle dans un concert de liesse et de joie devant la Face du Dieu Vivant.* Tu rendis ta belle âme servante  à Dieu, comme tu Lui avais donné ta vie terrestre,* Le servant à chaque instant dans le sacrement du frère.* Toi qui fus si fidèle dans Son service, nous te louons en nous exclamant:

Réjouis-toi, pour qui la mort fut un passage,

Réjouis-toi, car jamais tu ne la craignis,

Réjouis-toi, qui t’étais déjà dépouillé,

Réjouis-toi, dont la richesse était la foi,

Réjouis-toi, qui t’y préparas par ta vie,

Réjouis-toi, qui la vécus comme naissance,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage !


Kondakion 12

Comme tu savais que tes fils se disputeraient l’honneur d’avoir tes saintes reliques,* Tu avais recommandé que l’on mette ta dépouille précieuse en mer sur un esquif.* Les moines de Rhuys firent trois jours de jeûne lorsque cette île sainte de tes restes disparut sur les vagues,* Et trois mois plus tard, par révélation, un de tes disciples te vit près d’une chapelle dédiée à la Croix que tu avais bâtie.* On transporta ton corps à Rhuys, et depuis, tu intercèdes du haut du Ciel* Pour les fidèles qui chantent vers Dieu : Alléluia!


Ikos 12

Dieu par Ses saints instruit les fidèles et leur apprend* La véracité réconfortante de la Parole de l’Ecriture :* « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et à jamais, »* Et le Seigneur le dit Lui-même à Ses apôtres, le serviteur fera d’aussi grandes choses que Son Maître.* Et toi, ami de Dieu Gildas, tu Le suivis sur tous les chemins de la foi,* Tu accomplis par Lui des miracles insignes,* Et nous te chantons avec admiration:

Réjouis-toi, humble thaumaturge du Christ,

Réjouis-toi, dispensateur de Ses miracles,

Réjouis-toi, continuateur de Ses Grâces,

Réjouis-toi, bon intendant de Ses richesses,

Réjouis-toi, tabernacle de Ses bontés,

Réjouis-toi, trésor de Sa mansuétude,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 13

Ô moine parfait au service du seul Dieu d’amour,*  Ta naissance au Ciel ne te fit pas abandonner les fidèles* Qui avaient coutume, de solliciter ton secours ici-bas sur la terre des vivants.* Les foules vinrent sans discontinuer vénérer tes saintes reliques,* Et demander que par ton intercession  devant le Trône Divin,* Dieu exauce leurs requêtes tandis qu’ils chantaient avec toi vers  Lui: Alléluia! Alléluia! Alléluia! (Ce kondakion est lu trois fois !)


Ikos 1

Au printemps de ta vie, comme l’abeille au temps des floraisons,* Tu partis en Irlande pour faire ton miel monastique* Des exemples et enseignements des disciples du grand apôtre de ce pays saint Patrick.* La simplicité de ta vie, faite d’ascèse et de prières,* Contrastait avec la richesse insigne de ta vie spirituelle.* Tu ne mangeais que trois fois la semaine,* Tu dormais sur le sol, une pierre te servant de chevet,* Mais tous les jours, tu conversais avec les anges et tu vivais en Dieu seulement.* Admirant ton exemple , nous te clamons:

Réjouis-toi, fils spirituel de saint Iltut,

Réjouis-toi, gloire du monachisme celte,

Réjouis-toi, modèle de la tempérance,

Réjouis-toi, mesure du discernement,

Réjouis-toi, offrande sur l’autel du Christ,

Réjouis-toi, humble serviteur du Christ Roi,

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


Kondakion 1

Fils d’un seigneur de Grande Bretagne, tu étudias sous la direction de saint Iltut,* Dans son école, tu te distinguais par ta sagesse et ta retenue,* Et malgré ton jeune âge, tu possédais déjà la prudence et la réserve honnête d’un vieillard.* C’est pourquoi on adjoignit à ton nom le titre de Sage,* A présent, nous te rendons hommage en chantant :

Réjouis-toi, ô saint père Gildas le Sage!


*

PRIERE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS

GILDAS LE SAGE


Père Gildas, saint qui fut la sagesse incarnée,* Intercède pour nous auprès du Dieu de Miséricorde,* Avec la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie,* Et tous les saints, * Afin que nous soient remis nos péchés,* Que soient pardonnées nos nombreuses transgressions,* Et surtout celles que nous avons oubliées,* Tant est grande la dureté de notre cœur.* 

Père Gildas, saint qui fut la sagesse incarnée,* Prie pour nous le Christ notre Maître,* De nous conduire sur la voie de la repentance et de la sagesse en Dieu,* Afin que délivrés de nos pesanteurs terrestres et pécheresses,* Nous vivions dans la garde des Commandements* Et la voie de l’Amour pour lequel Il mourut sur la Croix vivifiante,* et que nous puissions un jour parvenir au Royaume de la Trinité Consubstantielle et Indivisible,* A qui est rendu tout honneur et toute gloire,* Dans les siècles des siècles. Amen!


Acathiste composé à la gloire de Dieu

Et de Son saint moine

Gildas le Sage

par

Claude Lopez-Ginisty

Aucun commentaire:

Publier un commentaire